Parution prochaine (février 2019) chez L’Harmattan de mon livre : L’impératif cosmique russe


Dès le dernier tiers du XIXe siècle, la philosophie cosmiste russe fondée par Nikolaï Fiodorov appelle l’humanité à partir à la conquête des espaces cosmiques. Réclamant justice et paix pour l’humanité ensanglantée par des guerres toujours plus meurtrières, le cosmisme russe entend collecter toutes les passions violentes, désorganisées, nous poussant les uns contre les autres, pour les réorganiser constructivement sous l’égide d’un objectif commun à toute l’humanité, ou  « cause commune ». La cause commune permettrait à l’humanité de se dégager de toutes les forces aveugles de la nature, comme les maladies, la sécheresse, les tempêtes, le manque d’espace et de ressources, etc. ; à savoir tous les sévices naturels nous conduisant à la mort.

 La victoire contre les forces aveugles passe par la conquête des espaces cosmiques. La difficulté est telle que toute l’humanité doit rassembler ses efforts pour y parvenir.  Une fois rassemblés, notre travail en commun témoignera de notre dépendance à autrui et un nouveau règne fraternel pourra advenir. Dans une plus large mesure, la cause commune permettrait à l’humanité de décider consciemment de son avenir, sans être soumise à une quelconque raison historique ou sélection naturelle aveugle du plus fort. 

Grâce au pouvoir galvanisant du cosmisme russe, Konstantin Tsiolkovski, disciple de Fiodorov, publie en 1903 le premier article fondateur de l’astronautique avant même le premier vol motorisé de l’histoire de l’aviation.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.